Bissière, La part de l'autre
EAN13
9782970152842
ISBN
978-2-9701528-4-2
Éditeur
Dogana
Date de publication
Nombre de pages
88
Dimensions
23,6 x 16,6 x 0,8 cm
Poids
242 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Bissière

La part de l'autre

Dogana

Offres

Au cours des deux dernières années de sa vie, entre 1962 et 1964, Roger Bissière a peint ce qu’il appelait son « Journal en images », composé de plus de 150 petits tableaux datés du jour de leur réalisation, et dédiés à la mémoire sa femme. Cette dernière avait d'abord été son modèle, puis le sujet de sa peinture. Dès le milieu des années quarante, elle participera en outre activement à la « fabrique » de l’œuvre, en cousant et brodant des tentures faites de tissus appliqués. Quand elle meurt brutalement en octobre 1962, celle qui a été surnommée « Mousse » devient alors l'objet et la raison d'être de ce questionnement quotidien. La disparition de son épouse laisse en effet Bissière dévasté. Toutefois, il reprend vite le chemin de l’atelier. Et « comme un pommier fait des pommes », le peintre crée, à l’aide de ses pinceaux et de quelques feutres, une imposante série de tableaux dans lesquels il livre jour après jour une chronique intime. Il ne cherche pas ici à recréer le monde mais à restituer, par les couleurs et les rythmes de son pinceau, la fraîcheur des bois, l’incandescence du feu, la légèreté d’une journée de printemps. Plongé dans la nature de ce pays qu’il affectionne, la campagne du Lot, il en redit la vie germinative et la perpétuelle renaissance. Ces images sont ainsi une projection de lui-même en quête d’une communion spirituelle avec celui qui contemple ses images, peignant « pour être moins seul en ce monde misérable » et pour tendre la main par-delà l’espace et le temps aux autres hommes.
Cette publication, accompagnée de trois essais d’Isabelle Bissière, d’Alain Madeleine-Perdrillat et de Florian Rodari, est éditée à l’occasion de l’exposition présentée sous le même titre de septembre 2023 à janvier 2024 à la Chapelle des Pénitents du Musée Granet d’Aix-en-Provence, où la collection de Jean Planque – qui fut l’ami de l’artiste et son soutien auprès de la galerie Beyeler de Bâle – est déposée
S'identifier pour envoyer des commentaires.