Elizabeth P.

Conseillé par
1 décembre 2022

Sophie est une écrivaine vieillissante qui vit dans une maison isolée avec le compagnon de sa vie.
Un jour, une chienne égarée se réfugie chez eux.
Et les voilà partis pour une vie à trois.
Ce n'est pas à proprement parler un roman.
Je pencherais plutôt pour une autobiographie adaptée.
Et quelle belle vie ils mènent ces trois-là.
Sophie, proche de la nature, si proche que chaque jour elle fait des kilomètres dans les bois.
Grieg, plus casanier, plus solitaire, entouré des ses livres.
Chacun sa chambre, chacun son domaine.
Un respect total de l'autre.
Yes, la chienne, folle d'amour pour ses nouveaux compagnons de vie.
Oui, c'est vraiment une belle vie avec la nature pour compagnie à la place des humains.
Sophie est une très belle personnalité, authentique, originale.
Leur vieillissement n'a rien d'un naufrage, malgré les inconvénients qu'il entraîne.
Il est au contraire doux, tendre, complice, apaisant.
Un vrai bonheur d'avoir partagé le temps d'un livre avec eux et d'avoir fait la connaissance de Claudie Hunzinger.

Calmann-Lévy

19,50
Conseillé par
24 novembre 2022

Izia et Etienne forment un très beau couple, en totale harmonie.
La naissance de Zoé accentue encore ce bonheur.
Mais, à huit ans, Zoé meurt, écrasée par un chauffard.
C'est alors la descente aux enfers.
Chacun à sa manière tombe dans la dépression, Etienne dans la colère, Izia dans le déni.
Un sujet absolument dramatique.
Comment se remettre d'un tel traumatisme ?
Cécile Pivot a merveilleusement su retranscrire l'anéantissement de chacun.
Mais en y mettant de la lumière, de la douceur, une infinie patience.
Cela n'a rien d'un roman larmoyant.
Tous les personnages sont magnifiques.
C'est vraiment très très bien écrit.
Je l'ai dévoré en une nuit.

20,90
Conseillé par
23 novembre 2022

Stéphane, un quinquagénaire à la vie professionnelle en stand-by, au couple à la dérive, se voit remettre par sa tante le tableau d'un peintre juif.
Ce tableau avait été donné à son grand-père résistant pendant la guerre.
Malgré sa grande valeur, il ne veut pas le vendre, mais veut faire entrer son grand-père dans le Comité des Justes.
Pour ce faire, il se rend à Tel-Aviv, mais il est loin d'imaginer ce qui l'attend.
Une enquête improbable va le mener en Espagne pour comprendre ce qui est arrivé à ce peintre juif.
Un livre acheté par hasard et qui se révèle une très belle surprise.
C'est passionnant et très bien écrit.
L'histoire en elle-même est prenante.
Stéphane, avec ses convictions désintéressées, ses doutes, sa faiblesse, sa détermination contre vents et marées, est un personnage très attachant.
L'auteur a développé des talents d'imagination surprenants.
Je vais tenter d'autres livres de Benoît Séverac.

20,00
Conseillé par
22 novembre 2022

Un écrivain de 71 ans en panne d'inspiration se voit confier le script d'une série télé consacrée aux Rolling Stones.
Il vit une histoire d'amour avec sa belle-fille de cinquante ans sa cadette.
On a donc deux histoires.
Celle des Stones et celle d'un écrivain sur le déclin.
Il est pas mal question d'alcool, de drogue et de sexe.
L'écriture est intéressante même si j'ai trouvé le tout souvent brouillon.
J'ai failli arrêter ma lecture au début.
Je n'avais pas percuté que Simon Liberati est le mari d'Eva Ionesco.
Un ressenti en demi-teinte pour cette lecture.

20,00
Conseillé par
18 novembre 2022

Le 22 juin 1999, le mari de Brigitte Giraud meurt d'un accident de moto.
La veille, ils venaient d'acheter une maison.
Elle y vivra donc seule avec leur fils.
Vingt ans après, le quartier devant être remodelé, elle devra vendre la maison, leur maison .
L'occasion de revenir sur ce fameux jour du drame.
Et c'est la valse des « si ».
Si il n'avait pas pris cette moto, si je n'avais pas appelé ma mère, si il avait plu, si.... si.... si ….si......
Mais malgré tous ces si, les faits sont là et la douleur toujours forte.
Que dire de ce livre ?
C'est comme je le pensais les épanchements autobiographiques d'un auteur.
Étant frileuse sur ce genre de livres, je ne l'ai pas acheté, j'ai eu l'opportunité de l'emprunter.
Il est certain que le drame qui l'a frappée est très dur.
Je comprends qu'elle ait écrit ce livre, que vingt ans après la douleur est toujours là, et les questions aussi.
Je comprends que ce soit une forme de thérapie pour elle.
Ce que je comprends moins, c'est le choix du Goncourt.
Ce n'est pas ce livre que j'aurais choisi.
J'en ai lu d'autres parus cette année qui étaient plus complets et riches dans la trame de l'histoire, qui avaient une plus grande qualité d'écriture.
Celui-ci n'est pas mal écrit mais rien de remarquable pour autant.