EAN13
9782213677644
ISBN
978-2-213-67764-4
Éditeur
Fayard
Date de publication
Collection
Littérature Française
Nombre de pages
296
Dimensions
21,5 x 13,5 cm
Poids
355 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

De la grande guerre au totalitarisme

De

Fayard

Littérature Française

Offres

En 1914, une génération s'engagea dans la guerre pour ce qu'elle croyait être une cause juste. Quatre ans de conflit entraînèrent la mort de dix millions d'hommes et ébranlèrent, en profondeur, les sociétés et les régimes européens.
Une fois la paix retrouvée, les formes de la commémoration occultèrent le souvenir de ce carnage ; en Allemagne, en Italie comme dans les pays vainqueurs, afin d'exorciser le traumatisme de la violence, on préféra exalter le martyre des soldats, en sacralisant leur combat. C'est une telle sanctification que George Mosse étudie dans ce livre, à travers ce qu'il nomme le "mythe de la guerre" : la mémoire déformée du combat, le culte quasi religieux du soldat qu'évoquèrent les monuments aux morts ou les cartes postales.
L'auteur montre aussi comment, par un étrange processus destiné à apprivoiser la mort, la guerre devint un objet de commerce : jeux pour enfants, bibelots, souvenirs humoristiques ne traduisaient-ils pas ce besoin de banaliser l'horreur ?
Mais exorcisée ou banalisée, l'expérience de la mort massive ne fut pas sans entamer la valeur de l'existence humaine, rendant alors concevable la violence totalitaire. Le mythe de la guerre fut exploité par les partis extrémistes ; il nourrit le nationalisme de revanche. De ce processus de "brutalisation", le nazisme est directement issu.

George J. Mosse, récemment décédé, il était professeur à l'université de Madison et à celle de Jérusalem. Son oeuvre, essentiellement consacré à la Première Guerre Mondiale et aux fascismes, est encore méconnue en France.
S'identifier pour envoyer des commentaires.