• 4 août 2020

    Chef d'oeuvre galactique

    Dans cet extraordinaire premier tome, Asimov pose les jalons d'une référence de la science-fiction. Le scientifique Hari Seldon est l'inventeur de la psychohistoire : une science permet de prévoir l'avenir en se fondant sur la psychologie humaine appliquée aux grandes masses de populations à travers des équations mathématiques.

    Il use de tout son génie pour sauver la galaxie de plusieurs dizaines de millénaires de chaos. S'il ne peut pas arrêter l'inéluctable fin de l'Empire galactique, il peut en accélérer le processus et la renaissance à travers la mise sur pied de Fondation.

    La patte d'Asimov est intéressante parce que abordable mais pointue : la décadence de l'Empire, qui n'est pas sans rappeler celui de l'Empire romain, la renaissance d'une société par la science et par le maintien des ferments d'une civilisation. Asimov mêle des notions comme la psychohistoire (dérivée d'une sociologie du futur ?) à la prophétie autoréalisatrice qui ne doit pas être révélée, l'opposition entre des modèles de société ou encore le contrôle des masses par la religion.

    Je ne peux que recommander la plume diablement efficace d'Asimov. Un chef d'oeuvre de la SF, sans aucun doute, à lire et relire !