• par
    11 septembre 2021

    Voilà le cinquième tome des aventures de Fañch Le Roy, policier à Quimper au temps de second empire. Et comme les précédentes, tout va lentement, au rythme des pas du policier, parfois à celui des chevaux, mais il n'est point adepte de ce moyen de transport. L'enquête est alors limitée aux environs, mais quels environs : la côte bigoudène et tous ses mystères, ses habitants besogneux et ouverts, ses restaurants et débits de boisson, car Fañch Le Roy est amateur de bonne cuisine de bon cidre et de lambig. Il ne dédaigne pas une simple -mais tellement bonne- galette-saucisse. C'est qu'il y passe du temps à se restaurer. Mais c'est d'une part parce qu'il se dépense beaucoup et qu'il faut bien récupérer et d'autre part, il échafaude pas mal de ses plans et théories autour d'une table.

    François Lange fait de son héros, un homme original et sympathique qui n'aime rien tant que marcher sur les chemins bretons, qui prend son temps et sait lorsqu'il le faut se décider et agir promptement, et cette enquête le prouvera à plusieurs reprises. Ce que j'aime dans cette série policière historique, c'est que contrairement à beaucoup d'autres, l'auteur n'a pas choisi une période très troublée et qu'il peut donc se concentrer sur les petites gens, leur manière de vivre, leur travail. C'est très intéressant de voir l'histoire par le bas et non pas par le haut, celui des gouvernants. Fañch Le Roy rencontre les habitants des coins qu'il traverse, parle avec eux, apprend d'eux. Il est comme eux, son petit plus c'est d'être un ancien soldat et un policier tenace et opiniâtre qui sait écouter et tirer profit de ce qu'il entend.

    Très bonne série que je suis toujours avec grand plaisir et il me tarde de lire le tome 6.