• par (Libraire)
    23 mai 2020

    Vous est-il déjà arrivé de vous poser une question et de la trouver tellement absurde que vous n’arrivez pas à y répondre ? Comme un mot qu’on se répète plusieurs fois et qui perd son sens, par exemple, y’a t’il vraiment eu un être humain, un jour, qui a décidé d’exterminer hommes, femmes et enfants sous prétexte d’une « race » ?
    Non, impossible, quand même, c’est absurde quand on y réfléchit c’est... inimaginable... pourtant si, c’est bien réel, c’est là.
    « Ici les femmes ne rêvent pas » me fait me poser le même genre de questions, pourquoi, comment, est-ce possible ? Pourquoi à travers notre monde, bien réel, se passe t’il cette chose absurde, cette chose inimaginable ?
    Rana Ahmad, nous témoigne dans ce livre, sa vie, en tant que fille et femme saoudienne, de son enfance à sa fuite du pays, elle nous livre ses premiers doutes face à une religion dictée par un pays, qui la prive de liberté encore enfant, ses premières incompréhensions face à une inégalité flagrante entre femmes et hommes, les horreurs qu’elle a vécues au sein de sa propre famille, sa rencontre avec les réseaux sociaux et ce groupe qui l’aidera à avoir ce déclic, et à fuir son pays.
    Le lien qu’elle a avec son père un homme extraordinaire, le seul à vouloir la sauver de ce monde, qui lui a appris à développer son esprit, qui croyait en elle.
    On apprend la vie saoudienne, culturelle et sociale mais on apprend aussi le parcours long et difficile d’un migrant.
    Un récit qui ne victimise pas, non, qui raconte simplement les faits, qui raconte l’espoir et qui raconte ce besoin de croire en l’humanité, au changement et à la bienveillance.
    Bravo pour ce parcours et cet exemple !


  • par (Libraire)
    4 décembre 2018

    Ode à la liberté !

    Ce livre est le récit de l'évasion de Rana, une jeune femme saoudienne très courageuse.
    Arabie saoudite, à l'aube des années 2000. Le père de Ranah offre un vélo à sa fille. L'enfant est la plus heureuse du monde. Toutefois, hors de question de pédaler dans les rues de Riyad, il faudra attendre les vacances à Damas. L'enfant profite de ce vent de relative liberté en Syrie chez ses grands-parents, à cette époque où le pays n'était pas encore ravagé par la guerre. Plusieurs jours d'un bonheur intense se succèdent. Cette joie sera de courte durée, son grand-père trouve ce comportement "haram", il choisit de donner le vélo à l'un de ses oncles. Dans son témoignage, Rana dresse le portrait d'un pays plein d'hypocrisie et d'oppression tout en évoquant ses souvenirs d'enfance dans une belle écriture simple et sincère.


  • par (Libraire)
    7 novembre 2018

    De l'Arabie saoudite à l'Allemagne, une fuite vitale mais tellement périlleuse pour Rana !
    La découverte de la réalité de la vie des femmes à Ryad, la minutieuse préparation de le fuite, la réalisation dangereuse, la suite... avec ses drames mais aussi les mains tendues...
    Une lecture nécessaire autant que passionnante, qui ouvre l'esprit.


  • par (Libraire)
    26 octobre 2018

    Un récit remarquablement militant et extrêmement poignant, qui fait pleurer et donne de l’espoir à la fois.
    Lucide et ambitieuse, Rana Ahmad nous embarque avec elle dans son évasion vers un monde plus libre.