icone menu

 

librairie-les-saisons-rue-saint-nicolas-la-rochelle-02

 

Librairie Les Saisons

21 rue Saint-Nicolas - 17000 La Rochelle

T 05 46 37 64 18

librairie@lessaisons.fr

Ouverture

Le lundi de 14h30 à 19h (de mai à fin décembre)

du mardi au samedi 10h-19h

Une fois (et peut-être une autre)
Votre réservation

Votre commande

Une fois (et peut-être une autre)

Kostis MALOÙTAS
Traduit du grec par Nicolas Pallier
Do éditions
16 euros

Désopilant , casse tête, intelligent, absurde, grotesque, ce premier roman grec du jeune auteur, Kostis Maloùtas !

J’ai entre les mains ce fascicule encore presque à l’état brut, sa couverture blanche, et cette notation Epreuves non corrigées, mise en vente le 27 Août 2019…. aux éditions Do. L’envie de le découvrir est encore plus grande, d’autant que le sujet même de ce roman s’y prête avec sa mise en abyme...
Cette lecture me laisse perplexe dans un premier temps, avec des accents de Georges Perec et l’OULIPO, des fausses coïncidences de Ionesco…
Mais je me prends au jeu, car c’est intrigant, avec les textes imbriqués, et la fin insolite.
Le récit relève de l’absurde, et il explore méticuleusement, dans le monde de l’édition, cette faille dans laquelle sombrent brusquement des personnages, vrais ou faux, dédoublés : deux écrivains qui ont écrit le même livre en même temps dans deux continents différents, et deux langues différentes, deux critiques littéraires de chacun de ces romans, deux éditeurs… C’est ici que tout se complique pour le grand bonheur du lecteur qui est arrivé jusque-là, alors que le livre qu’il tient entre ses mains l’exhorte à le lâcher !

 

Geneviève MB pour la librairie Les Saisons

Sortie le 27 août !

 

maloutas_une_fois_graphique

 

« L’un des artifices formels et narratifs du roman "Une fois (et peut-être une autre)" était que l’écrivain avait essayé de synchroniser son texte avec une image. C’était une vignette carrée, de celles que l’on trouve dans les cahiers de jeux pour enfant en âge de manier le stylo. Dans son récit, le narrateur n’évoquait jamais ce dessin, il ne donnait aucune explication au lecteur, ni le moindre renseignement, comme la raison de son existence ou la manière dont il était rattaché au roman. Le flux du texte était simplement entrecoupé de parenthèses indiquant, par exemple,, (point 43) ou ( point 86), de façon plutôt linéaire, même s’il existait aussi des mentions plus complexes, comme (point 12 à point 17)…

La vignette intervenait à deux reprises dans le livre. Une fois au début, pour le lecteur qui aurait décidé de relier les points au fur et à mesure de la lecture, mais imprimée à l’envers, comme les solutions des mots – croisés, afin que ne puisse en avoir une image claire le lecteur qui choisirait, lui, de ne les relier qu’une fois la lecture achevée, lecteur auquel était destinée la seconde vignette à la fin du livre, imprimée à l’endroit, vu qu’elle n’était plus ( la fin ) un mystère à qui parvenait jusque là. »

Votre message *