icone menu

 

librairie-les-saisons-rue-saint-nicolas-la-rochelle-02

 

Librairie Les Saisons

21 rue Saint-Nicolas - 17000 La Rochelle

T 05 46 37 64 18

librairie@lessaisons.fr

Ouverture

Le lundi de 14h30 à 19h (de juin à fin décembre)

du mardi au samedi 10h-19h

Le coureur et son ombre - Le versant féroce de la joie
Votre réservation

Votre commande

Le coureur et son ombre - Le versant féroce de la joie

Olivier HARALAMBON
Premier Parallèle - Alma Editeur
16 euros - 20 euros

Dans le peloton des écrivains cyclistes - ceux qui roulent vraiment - Chambaz, Fottorino, Bordas ; Haralambon est l’outsider, loin d’être un porteur de bidons, il a tenté avec ses deux premiers et uniques  livres de belles échappées qui sont arrivées au bout. La première en 2014, avec Le versant féroce de la joie magnifique portrait à la Raging bull, de Franck Vandenbrouck, le prodige surdoué et brûlé vif du cyclisme belge des années 90 et 2000. Surgi de nulle part et passé totalement inaperçu, ce roman nous avait totalement bouleversés.


Pour sa seconde échappée en écriture, pas de portrait mais plutôt un autoportrait au vélo, Haralambon a été cycliste, de bon niveau - il a roulé avec Vandenbrouck - il est désormais philosophe et écrivain. Mais ces deux dernières disciplines ne disent rien de lui tant le cyclisme irrigue toute son existence. C’est le plus beau des hommages qu’il rend là à cette discipline si décriée, des cyclistes que d’aucun prennent pour des brutes, il écrit qu’ils sont délicats comme des danseuses, subtils plus que bien des écrivains. « Des danseurs, des marins, des écrivains, des toreros, des poètes, des artisans de l’effort, des mystiques, des ascètes. Ce que vous voulez mais pas des sportifs. Oubliez ça le sport… » Le livre lorgne en effet vers les mystiques  et le film de Scorsese Raging bull, portrait en christ du boxeur Jack La Motta, pourrait en être l’illustration. Haralambon dit bien que les cyclistes courent après l’extase en poursuivant leur mort à « poumon crevé ». Le coureur et son ombre est un grand livre majestueux et triomphal au sujet d’hommes modestes pour qui le dimanche matin est un rituel païen. Et si comme sur la magnifique photo noir et blanc du bandeau, on ne distingue pas les coureurs de leurs ombres qui n’en sont qu’une, c’est parce que les cyclistes ne se voient jamais rouler et forment un seul corps.

Votre message *