icone menu
couverture du livre

Vide-grenier, voyage dans la mémoire

Patrick Mcguiness

Grasset

19 euros

 Il faudrait un jour commencer à recenser les livres de littérature illustrés de photographie.

André Breton avait ouvert le bal avec Nadja et L'amour fou ; il y eut Rodenbach et Bruges la morte ; Sebald a porté très haut et loin ce procédé qui chez lui n'en est pas un.  Dans leurs livres, la photographie n'illustre pas, elle orne à peine, elle chemine plutôt, ponctue parfois, ajoute toujours.

C'est le cas pour Vide-Grenier. Les photographies sont toutes de l'auteur, elles ont une unité de lieu et presque de temps, un temps arrêté, figé dans sa gangue. Alors qu'il a passé les quasi cinquante ans de sa vie à voyager, Patrick Mcguinness décide de faire revivre la maison et la petite ville de Belgique ou sa grand mère vivait, où il a passé tant d'heures et où il séjourne toujours fréquemment. La ville se nomme Bouillon, elle est pittoresque, petite, enserrée dans un fleuve et belge comme jamais et toujours...

Les textes sont courts, drôles sans cesse car les Belges plus que faire rire sont drôles, tristes parfois parce que la vie est cruelle aussi, cocasses, profonds souvent, sérieux jamais. On aime la recette de la Trempinette, le petit déjeuner bouillonnais, ou Comment pisser dans ses frites (cela ne s'invente pas), ou Le cul en hommage à Monsieur Hanus qui tenait un café...Vide-grenier de l'enfance, souvenir du souvenir, " il semble que je me rappelle non les choses elles-mêmes, mais leur souvenir, comme si, au moment où je les vivais, le présent ralentissait, s'enlisait avant de se fixer dans les tons sépia", pêle-mêle, fatras aurait écrit Prévert, aucun des objets de ce livre n'a de valeur comme le dirait un antiquaire mais ils valent bien plus, quant aux êtres tous plus attachants les uns que les autres, ils le sont tant qu'on les aime pour toujours. C'est ce qui s'appelle rendre hommage.

image "je veux le lire"
couverture du livre

Amours

Leonor DE RECONDO
Points
6,90 euros

Nous avions aimé Pietra Viva retraçant une partie de la vie de Michel-Ange dans une carrière de marbre. Ici l'ambiance est toute autre mais le coup de cœur est le même.

La pleine campagne début 1900  dans le Cher au sein d’une famille bourgeoise où les malentendus et secrets de famille empoisonnent les personnages.

Les désirs sont étouffés, les plaisirs et la chair sont tristes pour toute la famille, y compris pour Céleste , la bonne qui se retrouve enceinte alors qu’issue de famille très nombreuse elle n’a jamais  reçu aucun égard et se retrouve en survie permanente.

Cette nouvelle va bousculer les sentiments et désirs de cette famille en libérant les sens en dépit des règles de bienséance.

Leonor de Récondo réussit le pari de nous livrer avec modernité et fluidité la vie d’antan, ses mœurs et cachotteries,  et  sublime les désirs charnels dans ce qu'ils expriment de plus secret. Troublant à plus d'un titre.

image "je veux le lire"
couverture du livre

Entre deux mots la nuit

Georges BONNET

L'Escampette

15 euros

 

Si il est un sujet délicat à aborder avec grâce, c'est bien celui du grand âge, du déclin, de la maladie et de la perte. L'histoire est simple, sobre, terrible, bouleversante : celle d'un couple âgé dont la femme souffre d'Alzheimer. Ecrire avac tant de justesse et de délicatesse sur l'être aimé qui s'absente au fil des jours rend l'exercice de la "petite fiche coup de coeur" difficile. Georges Bonnet décrit avec pudeur cet amour, défiant toutes les fatalités, donné à celle qui "tranquille, se retire à l'intérieur de ses limites". Un texte magnifique que nous admirons à tout points de vue.

image "je veux le lire"