icone menu
couverture du livre

Giono, furioso

Emmanuelle LAMBERT
Stock
18,50 euros

Pourquoi Giono demeure aux yeux du plus grand nombre un écrivain quasi bucolique, régional voir champêtre ? Le chromo perdure, ses couleurs aussi, et l’œuvre est peu lue alors que c’est une des plus importantes du XXe siècle. Lire Giono est une expérience vivante, organique, « humaine trop humaine ». Elle a à voir avec le mal : « J’aurais pu passer cette nuit de Noël comme tout le monde, en tout cas comme un célibataire qui a du feu chez lui, mais j’eus ce soir-là des démangeaisons dans la poignée de mon sabre », la mort, le sexe et la destinée terrible, implacable : « Frédéric a la scierie sur la route d’Avers. Il y succède à son père, à son grand-père, à son arrière-grand-père, à tous les Frédéric. », la mélancolie : « Charles Quint était un homme de beaucoup de mélancolie et de complexion noire… »

 

C’est peu de dire que le bel essai d’Emmanuelle Lambert permet de rétablir des vérités car une seule ne suffirait pas tant l’œuvre et l’écrivain sont complexes. Elle ne tait rien de l’antisémitisme de Giono, de son pacifisme forcené né de l’effroi de la première guerre, de ses conquêtes tumultueuses auprès d’une épouse fidèle. Surtout elle démonte « le malentendu provençal », Giono n’est pas Pagnol. On ne sait guère conseiller de s’empresser de lire le maître, comme on ne sait guère par lequel commencer tant l’œuvre est foisonnante, variée, vaste. Allez ! S’il fallait n’en choisir qu’un : Un roi sans divertissement (1947).

image "je veux le lire"
couverture du livre

Neiges intérieures

Anne-Sophie SUBILIA
Zoé
16 euros

 

Quatre cahiers tenus par une narratrice exploratrice, architecte, paysagiste, lors d’une expédition sur un seize mètres en aluminium, l’Artémis, se frayant un chemin dans les mers de glace le long du Groenland. Un captain et son adjoint, et quatre paysagistes, dont elle, qui note ses impressions, ses humeurs, ses douleurs, les difficultés de la vie en commun, ses découvertes lorsqu’elle se rend à terre, ses courses à pied sur les falaises de lichens et de roche. C’est parfois un peu l’enfer, on se dit que L’odyssée de l’Endurance n’est pas si loin, que l’on est dans les pas de Shackelton. La tension, l’ennui, les petites vilenies coutumières mais aussi les éclats de lumières, les paysages invraisemblables que tout semble menacer, les aurores boréales, le pain que l’on met à cuire, la joie de se laver les cheveux à la bouilloire.


Les notes de paysages innombrables « Les lichens. Ils rampent, brossés par les pires vents. Ils enjambent les siècles, pied de nez magistral à tous les monuments ». Les relevés d’habitats abandonnés dont la narratrice s’est fait une spécialité, les cabanes et leurs traces d’objets empilés, stratifiés. Les apparitions furtives, miraculeuses de narval, béluga ou lièvre blanc. Les souvenirs laconiques de la narratrice. Un voyage comme immobile, une quête spirituelle, une voie intérieure, Neiges intérieures est tout à la fois et on en sort ému, grandi et modeste.

image "je veux le lire"
couverture du livre

Le Ghetto intérieur

Santiago H. AMIGORENA
P.O.L.
18 euros

 

Buenos Aires, 1940.
Vicente/Wicenty Rosenberg est arrivé seul de Pologne en 1928.
Il s'est marié depuis avec Rosita et a eu trois enfants.
Il apprend le tragique destin de sa famille restée à Varsovie. Il se sent coupable de ne pas avoir fait plus pour les faire venir. La dernière lettre de sa mère le laissera coi.
Santiago H. Amigorena, son petit fils, reprend la parole pour nous raconter leur histoire, son histoire.
Ce livre est le prologue, le pourquoi du projet d'écriture de l'auteur commencé il y a 25 ans. Une œuvre fleuve en six parties en cours de publication chez P.O.L.

 

La belle langue de Santiago H. Amigorena sert admirablement ce livre nécessaire.

 

image "je veux le lire"
couverture du livre

Les silences sauvages

Karin SERRES
Alma éditeur (Pabloïd)
20 euros

 

Ce sont trois histoires de femmes aux titres d'animaux Sirène, Chien et Limule.
Ça déraille dans leur vie : l'une perd son amoureux, l'autre doit subvenir aux besoins de sa grand-mère chérie qui part dans une maison de retraite hors de prix et la troisième attend un enfant sans envie.
C'est dur, certaines scènes sont même très dures mais on se laisse transporter par la prose de Karine Serres. On est happé par la façon dont ces femmes vont résister seules sans en parler à personne.

C'est étrange et parfois heurtant mais ça marche !

Une remarque : la couverture « jeunesse fantasy » est trompeuse. Ne pas s'y fier !

 

image "je veux le lire"
couverture du livre

Une bête au Paradis

Cécile COULON
L'iconoclaste
18 euros

 

Blanche vit au Paradis, un lieu-dit à l'écart du monde. Elevée par sa grand-mère Emilienne, ferme et douce à la fois, elle grandit petit à petit, en travaillant dur, dans cette ferme où autrefois ses parents, morts dans un accident, ont vécu heureux. Une passion pour Alexandre, un charmant garçon du coin, va venir la dévorer comme les amours adolescentes le font. Une passion qui même après le départ d'Alexandre pour la ville, même après les années qui passeront, la brûlera jusqu'au tréfonds de son âme. Que faire alors de toute cette force, toute cette puissance enfouie et de tous ces non-dits ?

Lumineux et violent à la fois, presque sauvage.

 

Petite précision : arachnophobes s'abstenir !

 

image "je veux le lire"
couverture du livre

Extérieur monde

Olivier ROLIN
Gallimard
20 euros

 

On avait croisé Olivier Rolin - reçu même - en 1994 pour Port Soudan dont il est question dans ce dernier livre. Que l’on croirait testamentaire, quasi posthume, même si l’auteur s’en défend. Extérieur monde est à classer dans les Mémoires, écrit sous l’ombre de celles de Chateaubriand ou de Malraux, Rolin résiste à parler de lui, flagorne un peu tout de même. Il revisite ses carnets et notes de voyage, qui le renvoient sans cesse à lui-même et dont il ne sait que faire. Mais il s’en sort fort bien, riant et nous faisant rire de ses excès et travers. On regrette avec lui que tout ait changé si vite. « Au-delà de la fenêtre, il y a la mer, une autre mer », au-delà des livres qu’il lit ou a lus et celui qu’il écrit, il y a un autre livre, sans cesse ouvert et en cours, ce grand livre du monde, peuplé de paysages, de visages, de corps, de traces. On ne lui en voudra pas de préférer aux villes mondialisées comme New-York, Londres ou Venise ; Valparaiso, Shanghai et Karthoum. « La vie est faite de tout ce qui lui a échappé » pourrait être le résumé de ce beau livre qui voudrait boucler la boucle de la terre qui est ronde et donne envie de partir et repartir toujours.

image "je veux le lire"
couverture du livre

Un autre Eden

Bernard CHAMBAZ
Seuil
19,50 euros

 

Portrait en creux de Jack London, tentative de tenir les souvenirs du fils Martin disparu et né comme l’auteur de Martin Eden un jour de janvier 76, récit d’un périple à vélo, ce livre est tout à la fois. Jack et Martin sont inséparables : c’est le miracle de l’écriture que de les faire dialoguer, courir dans les ravines et manger des cerises. On ne sait plus en lisant Un autre Eden de qui lit-on la vie, celle de London d’une incroyable intensité ou celle de Martin, cachée sous les lignes ou dans un bosquet métamorphosé en martin-pêcheur. L’impérieux « Je me souviens », le chagrin, le vélo, les bateaux, le monde et sa grande histoire, des phoques, des capricornes comme ceux de janvier et la tendresse timide de deux cœurs forcenés, de tout cela Bernard Chambaz a fait un magnifique roman.

image "je veux le lire"
couverture du livre

Suiza

Bénédicte BELPOIS
Gallimard
20 euros

Les mots, la langue sont crus. Une relation profonde se noue entre ce frêle personnage de Suiza partie de Besançon pour voir la mer puis débarquée en Galice et Thomas, un fermier solitaire, taureau des terres infertiles.

Un premier roman d’une rare intensité écrit par une sage femme qui s'est inspirée de son travail auprès des gens en difficultés "les gens sans" comme elle dit. Elle puise également son inspiration dans un pays qu'elle apprécie pour sa vie haute en couleurs, la verve de ses habitants, leurs démonstrations...


D'une pulsion sexuelle presque animale découle une histoire d'amour inouïe, tendre et torride, jamais pathétique, d'une profondeur abyssale… La bienséance littéraire est malmenée mais c'est justement ce que l'on apprécie à travers cette histoire pudique au plus près de la réalité.

"C’est pas souvent, mais des fois, quand tu mélanges bien deux malheurs, ça monte en crème de bonheur".

Un premier roman magnifique !

image "je veux le lire"
couverture du livre

L'embâcle

Sylvie DAZY
Le dilettante
18 euros

 

Michel Houellebecq a une sœur, elle s'appelle Sylvie Dazy. Comme lui, elle a ce ton mélancolique et drôle, une phrase simple et claire, l'art de raconter alternant point de vue des personnages et narration… A l'instar de l'auteur de Sérotonine, le monde qu'elle dépeint est sombre, en déréliction.

 

Dans une ville imaginaire - chacun y mettra un nom, Nantes, Saint-Etienne, Saint-Nazaire, Sens - cernée par deux fleuves, en déshérence, endormie, vit Paul Valadon, veuf Diogène, amoncelant dans sa maison du vieux quartier de La Fuye, détritus, sacs, journaux, objets, chats et chiens. Nullement pressé, ni de mourir, ni de fuir le quartier, il mène une vie paisible mais les braves gens n'aiment pas que… Autour de lui, un cafetier algérien, des vieilles dames en bigoudis, une assistante sociale… Et de bien cyniques promoteurs, camouflés sous les oripeaux de la modernité et de la bienveillance qui vont vouloir avec l'appui des politiques réhabiliter le quartier.

 

A l'heure du réchauffement climatique, quand ce ne sont pas les océans qui montent, ce sont les fleuves et leurs constants affluents que sont le cynisme et l'hypocrisie. Flux et reflux des petites affaires, mise à sac et ressac des idéaux, nage bien pensante et satisfaite. Débâcle pour finir. On n'en dit pas plus car Sylvie Dazy en écrit juste assez pour nous offrir un très bon livre...

image "je veux le lire"
couverture du livre

La Grande Idée

Anton BERABER
Gallimard
22 euros

Le voilà, le grand livre de l’automne. Celui que nous n’avions pas voulu voir et que quelques traqueurs ont rabattu vers nous. Certains diront qu’il a 200 pages de trop mais lire les 100 premières pages voire le seul prologue suffit à convaincre d’acheter ce livre.

Qui était Saul Kaloyannis ? A-t-il existé ? Est-il lui-même l’incarnation de cette grande idée qui donne son titre au livre (on le saura à la fin) ? Est-il l’invention de l’auteur ou du narrateur, jeune étudiant qui, dans la Grèce des colonels des années 70, entreprend de rédiger une thèse sur Kaloyannis ? Celui-ci s’illustra dans les années 20 du siècle passé sur le front d’Orient dans le conflit qui opposa la Grèce à la Turquie. Le narrateur nous livre les interviews de personnages très différents (à la manière de Borges) qu'aurait croisé Saul Kaloyannis. On le suit sans rien savoir de lui ni même s’il a un nom, de New-York au Péloponnèse, en quête de son sujet « de thèse ». Rien d’ennuyeux car de toutes ces voix aucune ne se ressemblent dans ce qu’elle a à dire et le narrateur Beraber la fige dans une langue d’une incroyable beauté. Ce premier roman d’un jeune homme de trente ans a le souffle de l’épopée.

image "je veux le lire"