icone menu
couverture du livre

Hôtel du Grand Cerf

Franz Bartelt
Seuil
20 euros

La mort suspecte d'une actrice dans la baignoire d'une chambre d'hôtel en 1960. 50 ans plus tard, un inspecteur atypique qui répond au doux nom de Vertigo est chargé d'une enquête et loge dans ce même hôtel. Ce pourrait être l'Amérique mais ici c'est bien la Belgique. Les Ardennes, Bouillon, Dinant, à la frontière franco-belge, offrent un cadre parfait pour un polar de haut vol qui se dévore avec l'appétit abyssal de Vertigo Kulbertus pour les frites, le cervelas et les litres de bières. On aurait tort de croire cet enquêteur à dix jours de la retraite paresseux et incompétent. Il a plus d'une idée sordide en tête pour arriver à ses fins et s'arrange avec les règles selon sa propre morale.

Ne cherchez pas, tout y est ! C'est drôle, cynique et extrêmement bien ficelé !

Le coup de coeur est énorme !

image "je veux le lire"
couverture du livre

Cassandra

Todd Robinson

traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Laurent Bury

Gallmeister Neonoir

17.50 euros

Ecrit dans une langue proche d'un rock and roll brut, ce polar hardboiled nous lance à la suite de quelques centaines de kilos de muscles répartis sur deux portiers, Boo et Junior,  partis résoudre une affaire de disparition crapuleuse.

Nos deux molosses à la dent dure et à l'humour tranchant font sillonner les bas fonds à la recherche de la petite Cassandra que des fréquentations tumultueuses ont mis dans de vilains draps.

Nos Starsky et Hutch aux gros bras vont donc se frotter de manière ruguese à toute une galerie de personnages haut en couleur qu'on croirait sortis d'un film de Guy Ritchie.

Au delà d'une intrigue ficelée comme un cordage marin, on se delecte des dialogues aussi punchy que les poings titanesques de nos deux gaillareds. L'auteur étant lui même un sympathique géant, ancien videur aujourd'hui barman de nuit, ce polar ne manque pas de corps pour le moins ! A dévorer à pleine mâchoire !

image "je veux le lire"
couverture du livre

Trois gouttes de sang et un nuage de coke

Quentin Mouron

La Grande Ourse

18 euros

Nous sommes en novembre, dans une banblieue morne de Boston, et un reraité vient d'être retrouvé mort au volant de son pick-up.

A priori, c'est pas l'affaire du siècle sauf que c'est de toute évidence un meurtre et un particulièrement saignant, le genre rituel pas banal.

Voilà qui ne plait pas trop au sheriff McCarthy, sorte de Tommy Lee Jones taciturne qui aime que l'ordre soit maintenu coûte que coûte. Si il montre une telle détermination c'est que le chaos le ronge intérieurement , lui même au coin du feu n'est parfois pas loin de la bscule, alors il faut que le monde soit en ordre et il va s'y employer.

Passe également par là un détective privé, hors des canons du genre, Franck le dandy. Il est aussi élégant que dénué de scrupules. Alors qu'il venait remettre le fruit d'un sale boulot à un ponte mafieux du coin, il se prend de passion pour cette affaire pour son caractère sordide et atypique. Il décide de la résoudre comme un jeu qui  amusera pour un temps son esprit brillant et mélancolique. Et il sait tisser des toiles, remonter des pistes et se faire entendre quand il veut un renseignement.

Nos deux enquêteurs vont ainsi se frotter à ce meurtre à tiroir pour un final solide et un épilogue savoureux.

Quentin Mouron, jeune auteur encore méconnu, nous tient ici le verbe haut et nous surveillerons attentivement ses publications !

image "je veux le lire"
couverture du livre

Viens avec moi

Castle Freeman Jr.

Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Fabrice Pointeau

Sonatine

17 euros

Voici un polar de bonne facture.

Comme les chaises Windsor jadis fabriquées dans la scierie désaffectée où se retrouvent les héros de ce roman noir, l'intrigue est construite solidement, simplement, dans les règles de l'art, par un artisan qui connait son affaire.

L'histoire est simple, limpide : une jeune femme se fait harceler par le caïd du coin dans une petite région rude de l'Amérique du nord. Son petit ami a pris peur et la poudre d'escampette mais elle a décidé de rester, coûte que coûte. Elle va voir le shériff qui ne peut rien pour elle mais l'envoie voir les gars qui se réunissent dans la vieille scierie, "le moulin," dès fois qu'on pourrait faire quelque chose pour elle.

Alors la fille y va et tombe sur un curieux club de quelques gars aux caractères trempés, jeunes comme vieux,  qui boivent des bières et philosophent, veillant sur le lieu et sur son propriétaire, cloué sur un fauteuil roulant après qu'un arbre lui soit tombé dessus. Ils la laissent expliquer son cas. Ils connaissent bien Blackway, le slaopard de la région, un gars pas commode que rien n'arrête, elle ferait mieux de filer. Oui mais elle veut pas. Bon ben on va voir ce qu'on peut faire....

Commence alors une quête de pourparlers en forme de traque, une bataille qui s'annonce farouche, comme de celles du Far West ancien où le destin de la ville se jouait sur une poignée d'hommes, loin des regards des autorités.

Ce roman se lit tout aussi vite que son temps de narration (tout se boucle dans la journée), tout s'enchaine comme une mécanique bien huilée au pays de types qui grincent. Y a du sang, de la sciure et des bons mots, on dit banco.

image "je veux le lire"